Vous trouverez dans ce blog, les dernières nouvelles nous concernant, des nouveautés sur les jeux, nos coups de coeur, et une catégorie "Divers" ou nous aborderons des sujets périphériques. Vous pouvez bien-sûr participer en nous laissant vos commentaires. Nous précisons que tous serons modérés. Ainsi, les propos grossiers, à caractères racistes, discriminatoires, diffamatoires, etc, ne seront absolument pas tolérés. Nous sommes ici avec vous, pour échanger dans la joie et la bonne humeur. Soyez constructifs ! En espérant que vous prendrez plaisir à nous lire. Nous sommes ouverts aux suggestions de sujets, n'hésitez pas, exprimez-vous !

Où líon apprend líhistoire des jeux díavant ! (partie 1)

04 Décembre 2018 | Par Jenny | Sur les jeux

En allant sur un marché médiéval dimanche, j’ai eu l’occasion de voir d’anciens jeux et de discuter un peu avec des passionnés, ce qui m’a donné envie de vous faire ce petit encart sur le jeu à travers le temps. Vu la pléthore de jeux, je ne prendrais qu’un ou deux exemples par période.

La petite intro

Même si on parle beaucoup des jeux de société « modernes », les jeux ne datent pas d’hier et leur utilisation était déjà très appréciée il y a 3000 ans. Certaines estimations et découvertes permettent de penser que le jeu a été inventé en même temps que l’écriture et sans doute avant pour des jeux très basiques transmis oralement. Dans l’Antiquité, les jeux étaient très souvent associés au sacré car on voyait dans le hasard, l’intervention des divinités. Certains récits mythologiques racontent même des parties jouées par les dieux entre eux pour régler des différends ou tout simplement contourner des sorts, des malédictions, des interdits. Sympa les joyeusetés divines quand-même !

Un exemple ? Dans l’Egypte ancienne, une légende raconte que Rê avait interdit à la déesse Nout d’accoucher. Elle ne pouvait le faire aucun jour, d’aucun mois, d’aucune année. Mais pourquoi ça ? Bon vite fait, je vous raconte. En gros, Rê a eu plusieurs enfants, qui ont eu à leur tour deux enfants en particulier Nout (la déesse des étoiles) et Geb (le dieu de la terre). Nout et Geb sont tombés amoureux, si fort que rien ne pouvait les détacher l’un de l’autre. Alors oui c’est un peu dégueu dit comme ça mais on est en -3000 avant JC, z’avaient pas les mêmes codes. Pis les dieux font ce qu’ils veulent c’est connu. Bref, Rê voyant que plus rien ni personne ne pouvait circuler entre ciel et terre décida d’envoyer un de ses fils les séparer. Ce fut fait mais Nout attendait des enfants. Rê, en bon grand-père décide de lui interdire d’accoucher (si, si c’est possible) jugeant sans doute que ça allait être un incommensurable bazar si y avait des petits en plus des deux autres « siamois de l’amour ». Quoiqu’il en soit, la grossesse s’annonçait longue et compliquée. Mais c’était sans compter sur le soutien de Thot (le dieu de la lune) réputé pour sa sagesse et sa science de toute chose, qui joua contre la Lune et remporta 5 jours supplémentaires sur l’année permettant à Nout d’enfanter tranquillou sans désobéir à son paternel. La classe ce Thot. Les légendes ne précisent pas ou peu à quel type de jeu il joua, mais ce récit prouve que déjà à cette époque le jeu avait de l’importance dans la vie quotidienne et sacrée. Au Moyen-Âge, les jeux servaient à l’éducation ou tout simplement à passer le temps et éventuellement gagner ou perdre de l’argent selon le degré de chance (ou de fourberie) du joueur. « Pari sera toujours pari (oui elle était facile) ! ».

De nombreuses autres civilisations font mention de jeux joués par les divins et les rois. Le peuple aztèque avait ses jeux, les Grecs évidemment, les peuplades nordiques, celtes, et on peut ainsi faire une frise chronologique des différentes périodes et aires géographiques jusqu’à nos jours, montrant que le jeu a toujours fait partie de la vie des hommes, depuis l’écriture. Il est fort probable que des jeux rudimentaires aient existé avant, mais n’ayant pas de support pour en définir les règles, ces jeux étaient basiques et sans doute dépourvus de réel « matériel » de jeu. Encore qu’on n’était pas là, donc si ça se trouve, les Cro-Magnons avaient déjà leur version du Monop’ qui sait ?

Bref, on sait de source sûre que le jeu ne date pas d’hier. Mais alors à quoi jouait-on avant ?

 

 

Dans l’Antiquité.

 

Il existe de nombreux jeux remontant à l’antiquité, mais un de mes préférés est le jeu des Chiens et des Chacals. Le Mehen, le Senet, le jeu des 20 cases sont d’autres exemples, surtout connus en Egypte. Je vous laisse fouiner. On a retrouvé des plateaux du jeu des Chiens et des Chacals dans des zones correspondant à la Mésopotamie, l’Egypte et en Palestine. Il est aussi appelé le jeu des 58 trous, ou jeu du Palmier. Pour la petite référence, on aperçoit ce jeu dans le film « Les 10 commandements » avec Charlton Heston. Mes références non plus ne datent pas d’hier, j’avoue. Ce jeu simple en apparence demandait de la stratégie et de la concentration. Il se jouait à partir de 6 ans et l’on pouvait ainsi initier les enfants à l’art sympathique de la stratégie et du déplacement.

Je vous mets en lien, un pdf que j’ai trouvé, qui explique assez bien les règles et le but de ce jeu :

http://www.dezepions.infini.fr/files/chiens_et_chacals.pdf

Mais vous allez me dire qu’on ne jouait pas qu’à ça. Et vous avez raison ! Il m’est impossible de vous parler de tout, mais je vais quand-même faire un petit détour pour vous parler d’un jeu très ancien qui est toujours très populaire aujourd’hui : le Go.

Le Go tire son nom de sa version « remasterisée » au Japon, au 15ème siècle, puis étendue à la Chine et à la Corée, mais son origine est bien chinoise. On estime que l’invention de ce jeu remonte à la période allant de 770 à 460 av JC environ. Autant dire que c’est assez flou. Le Go est resté extrêmement populaire en Asie aujourd’hui et cela tient sans doute au fait que ce jeu aux règles relativement simples, a une profondeur tactique et stratégique incroyable.

Le tablier, un plan de jeu marqué d’un quadrillage, sur lequel reposent des pierres noires et des pierres blanches pour chacun des deux joueurs, est le théâtre d’affrontements intelligents, rusés, et sans limite. Le Go a une rejouabilité infinie. Le but du jeu est de créer un nombre de territoires et de prisonniers plus élevé que ceux de son adversaire en plaçant ses pierres de manières à créer des zones entières de sa couleur et à enfermer les pierres du joueur d’en face pour qu’il ne puisse plus bouger, ce sont les « prisonniers ».

Un jeu en apparence simple donc mais qui offre des heures, des jours, des mois, des années, une vie de possibilités ! L’Asie, connue pour son raffinement et son amour du minimalisme a mis au monde le tout premier jeu de stratégie de placement et combinaison du monde, et ce sous une forme épurée très belle à regarder autant qu’à pratiquer. Et aujourd’hui, de nombreux jeux se basent sur cette mécanique pour nous embarquer dans des parties acharnées et d’une grande richesse.

Voici un lien vers un site officiel sur le Go, qui explique les bases du jeu :

http://jeudego.org/_php/regleGo.php

En résumé, le Go est un jeu subtil, délicat, qui demande anticipation, patience, concentration et stratégie. Et en plus il est beau !

On pourrait comme ça faire un tour du monde des jeux de l’Antiquité. Il est relativement compliqué de parler de tout et surtout en une seule fois. Rien ne vous empêche, si vous aimez les jeux et l’Histoire, de faire des recherches plus approfondies sur les jeux de cette époque, ou bien de me mettre en commentaire, quel jeu vous aimeriez aborder.

Dans la seconde partie de ce billet, je vous parlerais des jeux du Moyen-Âge, donc un peu plus récents que le Go ou Chiens et Chacal. Une troisième partie viendra compléter ces deux-là pour résumer l’ère « moderne » du jeu et comment il évolue encore aujourd’hui. Encore une fois, vos idées, commentaires, compléments sont les bienvenus !

Comme je n’ai pas la science infuse, je tiens à remercier mes sources diverses et variées qui m’ont aidée à rédiger cet article : Wikipédia (on dit merci wiki ?), le site officiel du Go, le blog Archichouette et sûrement d’autres que j’ai oubliés en chemin, mea culpa.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à nous en faire part dans les coms. Il n’est pas exhaustif mais vous aura peut-être donné envie d’approfondir un peu le sujet passionnant des jeux anciens et pourquoi pas d’en essayer quelques-uns. Je vous dis à très vite pour la seconde partie de ce billet : à quoi jouait-on au Moyen-Âge ?

Et en attendant, n’arrêtez pas de jouer !

Ajouter un commentaire

Veuillez saisir votre nom
Veuillez saisir votre email
Veuillez saisir un message

Informations pratiques